Quelles différences entre Infection Urinaire et Cystite ?

Infection urinaire ou cystite ? Ces deux termes sont souvent utilisés dans des contextes similaires et pour désigner les mêmes symptômes. Or toutes les infections urinaires ne sont pas des cystites...
Quelles différences entre Infection Urinaire et Cystite ?


Infection urinaire ou cystite ? Ces deux termes sont souvent utilisés dans des contextes similaires et pour désigner les mêmes symptômes. Pourtant, en médecine, il existe bien une différence entre les deux. Découvrez-la dans cet article.





Qu'est-ce qu'une infection urinaire ?






Une infection urinaire est une condition pathologique définie par la contamination de l'un des composants de l'appareil urinaire, à savoir : l'urètre, la vessie, les uretères et voire même les reins. La manifestation de la maladie peut varier selon la localisation de l'infection et l'agent infectieux.




PHYSIONORM™ Cranberry





19,99





Une association originale et unique Probiotiques + Cranberry + Vitamine B2





Prévenir les infections des voies urinaires
Prévenir les récidives 
Soulager les irritations urinaires





30 gélules • 1 à 2 gélule(s) / jour








Qu'est-ce que la cystite ?






La cystite est également une condition pathologique très courante, mais caractérisée par l'inflammation de la vessie uniquement. Elle ne concerne que cet organe de l'appareil urinaire. Elle peut être l'une des différentes manifestations d'une infection urinaire, mais l'infection urinaire n'est pas la seule origine de la cystite. Les infections bactériennes, fongiques et virales, les irritations chimiques ou les traumatismes peuvent tous provoquer une cystite.







Causes et facteurs de risque






Causes communes des infections urinaires



Les infections urinaires sont majoritairement provoquées par la contamination de l'un des segments de l'arbre urinaire par une bactérie. L'Escherichia coli (E. coli) est souvent la bactérie responsable de cette infection.



Ainsi, les infections urinaires sont favorisées par toutes les conditions qui permettent, qui facilitent ou qui favorisent la prolifération de cette bactérie. Parmi ces facteurs, nous citons :

  • Les mauvaises habitudes d'hygiène : un essuyage d'arrière en avant après le passage aux toilettes permet la migration de la bactérie Escherichia coli de l'anus au méat urinaire puis son introduction dans l'urètre.
  • Certaines maladies urologiques sous-jacentes : il existe certaines maladies, telles que l'hypertrophie de la prostate qui provoquent une rétention urinaire et une stase des urines. Cette dernière favorise la croissance des bactéries.
  • L'immunodépression : toute condition d'immunodépression peut favoriser la prolifération bactérienne dans l'appareil urinaire. Le diabète, le SIDA, les traitements immunosuppresseurs ou la chimiothérapie affaiblissent l'immunité.
  • Les causes iatrogènes : les cathétérismes urinaires sont souvent accompagnés d'un risque infectieux considérable, compte tenu de la possibilité d'introduction de germes avec le cathéter.
  • Le sexe féminin : l'anatomie de l'appareil urinaire chez la femme (urètre plus court) l'expose à un risque plus élevé d'infections urinaires.



Facteurs déclenchant de la cystite



En plus de ces différentes causes d'infections urinaires, la cystite peut également être provoquée par :



  • les irritants chimiques : les douches vaginales, les produits d'hygiène intimes, ou les bains parfumés, peuvent être à l'origine d'une inflammation de la vessie.
  • la cystite de lune de miel : chez la femme, les cystites peuvent également être provoquée par les rapports sexuels favorisant l'introduction de bactéries de l'urètre.





Symptômes et manifestations






Symptômes d'une infection urinaire



Le tableau clinique d'une infection de l'appareil urinaire peut varier selon la localisation de l'infection. En cas d'infection rénale, on parle de pyélonéphrite. Les symptômes d'une pyélonéphrite sont généralement plus intenses. Elle se manifeste principalement par de la fièvre, accompagnée de sueurs et de frissons, d'une fatigue générale, d'urines fréquentes et contenant parfois du pus, ainsi qu'une douleur pathognomonique. La douleur survient principalement dans le bas du dos ou dans le flanc (du côté du rein atteint). La pyélonéphrite est une infection urinaire haute.





Les infections urinaires basses, notamment les cystites, ont une symptomatologie généralement moins bruyante.



Comment reconnaître la cystite ?



Il est facile de reconnaître une cystite. Elle se manifeste principalement par le besoin fréquent d'uriner, une sensation de brûlures ou des douleurs en urinant, l'envie urgente d'uriner, avec une urine trouble et malodorante. Une hématurie, ou la présence de sang dans l'urine est également possible. Enfin, une personne atteinte d'une cystite peut également éprouver des douleurs abdominales basses ou une pression au niveau de la région pelvienne.



Il est important de distinguer une cystite aiguë d'une cystite chronique. La cystite aiguë est représentée par un épisode isolé d'inflammation de la vessie, souvent secondaire à une infection bactérienne et dont les symptômes ne durent que quelques jours. La cystite chronique est caractérisée par des épisodes récurrents et persistants même après un traitement bien conduit. La durée des symptômes peut également s'étaler sur des mois. Dans ce cas particulier, une exploration approfondie afin d'en déterminer la cause est nécessaire.





Complications possibles






Que faire contre une infection urinaire chez la femme ?



Bien que les infections urinaires soient une condition pathologique très fréquente, répandue dans le monde et curable, elles peuvent toutefois provoquer des complications à degré de gravité variable.

  • Les récidives et le passage vers la chronicité des infections urinaires est une complication non négligeable. Elles altèrent de manière directe la qualité de vie des patients et imposent souvent des coûts de soins élevés.
  • L'infection de l'appareil urinaire peut également provoquer une modification des propriétés chimiques de l'appareil et favoriser la formation de calculs rénaux. Ces derniers représentent un obstacle dans les voies urinaires et provoquent des douleurs intenses, c'est la lithiase rénale. Cette maladie peut être traitée chirurgicalement.
  • Les infections urinaires peuvent elles-mêmes, à leur tour, provoquer un affaiblissement du système immunitaire et favoriser la survenue de nouvelles infections.
  • Dans les cas extrêmes, une infection rénale non traitée peut aboutir à un endommagement irréversible des reins et à une insuffisance rénale chronique.

Risques associés à la cystite non traitée



La cystite non traitée vient également avec un lot de complications non négligeables :



  • Le passage à la chronicité des cystites non traitées.
  • L'infection ascendante : c'est la migration des germes de la vessie vers les reins à travers les uretères. Elle est potentiellement grave, car elle peut provoquer une pyélonéphrite et des altérations irréversibles du parenchyme rénal.
  • La cystite interstitielle est également une complication de la cystite aigue. Il s'agit d'une forme chronique de la maladie provoquant une inflammation persistante de la vessie.



À ces complications, s'ajoutent toutes les complications d'une infection urinaire citées plus haut. Il faut également noter que les infections urinaires représentent un danger potentiel pour la femme enceinte, pouvant provoquer des complications obstétriques, la prématurité ou les infections néonatales.





Conseils pour la prévention






Mesures préventives contre les infections urinaires



Afin d'éviter la survenue d'infections urinaires, il est important d'adopter des règles d'hygiène personnelle et une diététique adaptée.



  • Après le passage au toilettes, veillez à vous laver ou à vous essuyer d'avant en arrière. Un bon séchage est également important.
  • Une bonne hygiène génitale est importante afin d'éviter la contamination de la sphère urologique.
  • Les produits d'hygiène intime parfumés et irritants sont à éviter.
  • Le port de vêtements serrés et synthétiques est également à proscrire, afin d'éviter l'humidification de la sphère uro-génitale, propice à la prolifération des germes.
  • Il faut éviter toute situation de rétention urinaire prolongée. Les mictions régulières permettent les germes potentiellement pathogènes.
  • Bien s'hydrater permet de favoriser les mictions et de diluer les urines.
  • Le traitement et l'équilibre des maladies chroniques tels que le diabète réduit le risque de survenue d'infections.



Maintenant que l’on sait comment les infections urinaires arrivent, les combattre devient plus facile.



Comment éviter les récidives de cystite ?



La prévention contre les infections urinaires représente une excellente stratégie pour éviter les récidives des cystites. Les probiotiques de Physionorm sont constitués d'une association de souches probiotiques spécifiques permettant de réduire le risque de survenue de cystites récurrentes. N'hésitez pas à inclure ces compléments alimentaires à votre routine. Ils permettent le maintien d'une muqueuse urinaire saine et la protection contre les proliférations bactériennes.






L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CRANBERRY-1-1024x570.png.





Réaliser mon diagnostic
Paiement 100% sécurisé
Paiement sécurisé avec Stripe
Livraison gratuite dès 40€
Pas de frais d'expédition pour les commandes plus de 40 €
Expédition rapide
Livraison en 48 h, si vous passez votre commande avant 12H00.
L’expertise française
Laboratoire Français