VIE INTIME

Comment soigner une mycose vaginale ?

14 (3)

Introduction à la mycose vaginale

Comprendre ce qu’est une mycose vaginale et quelles en sont les causes est primordial avant de la traiter et afin d’en prévenir les récidives.

Qu’est-ce qu’une mycose vaginale ?


Il s’agit de l’une des infections vaginales les plus récurrentes chez la femme. La candidose vaginale, ou mycose vaginale, est une infection causée par une levure : le Candida albicans, un champignon unicellulaire qui prolifère volontiers dans le vagin. En présence de facteurs favorisants, la prolifération excessive de ce champignon devient pathogène et est à l’origine des différents symptômes de la mycose.

Gynophilus

13,90

Le fruit de 20 ans de recherche gynécologique :

  Rééquilibre la flore vaginale
  Lutte contre les infections vaginales (vaginoses, mycoses) 

🥼 Marque recommandée par les gynécologues

Symptômes courants


En plus d’une gêne générale au niveau de la région génitale, plusieurs symptômes peuvent être associés à la mycose vaginale. Les plus courants sont : les brûlures mictionnelles, une irritation et des démangeaisons vaginales intenses, une inflammation de la vulve, ainsi que des pertes blanchâtres, très épaisses, ayant l’aspect du fromage cottage.

Causes de la mycose vaginale

Plusieurs facteurs peuvent favoriser la survenue des mycoses vaginales. Les habitudes d’hygiène, le port de vêtements serrés et synthétiques et le recours fréquent aux antibiotiques contribuent tous dans l’altération de la flore vaginale.

Déséquilibre du PH vaginal


Le PH acide de la muqueuse vaginale joue un rôle important dans l’équilibre de la flore vaginale, c’est-à-dire l’ensemble des micro-organismes non pathogènes et protecteurs dans le vagin. Des habitudes d’hygiène inadaptées, telles que les lavages excessifs et l’utilisation de produits chimiques agressifs, peuvent altérer le PH vaginal et favoriser la multiplication du Candida Albicans.

Utilisation d’antibiotiques


Une antibiothérapie prolongée peut également favoriser la survenue d’une candidose vaginale. Le mécanisme est simple : la prise répétée ou prolongée d’antibiotiques peut facilement déséquilibrer la flore vaginale en détruisant certaines bactéries protectrices, comme les bactéries lactiques. La réduction du nombre de ces dernières provoque une augmentation du PH de la muqueuse vaginale et par conséquent, une prolifération du Candida Albicans.

Facteurs hormonaux


L’équilibre de la flore vaginale peut également dépendre des fluctuations hormonales. L’augmentation des taux d’œstrogènes constitue un facteur favorisant l’apparition d’une candidose vaginale. La grossesse, la prise de contraceptifs oestroprogestatifs et les thérapies hormonales sont à l’origine d’une augmentation du taux d’œstrogènes.

Traitements médicaux disponibles

Probiotiques pour la santé vaginale


Les probiotiques occupent une place importante dans la santé vaginale. En cas d’altération de la flore vaginale, ils permettent de rétablir un certain équilibre en fournissant les bactéries protectrices manquantes. Les probiotiques lactobacilles agissent particulièrement bien contre la mycose vaginale.

Traitements sur ordonnance


Selon le degré de gravité de l’infection, plusieurs traitements peuvent être prescrits. Les plus courants sont les antifongiques oraux, comme la fluconazole. C’est suite à un interrogatoire et à un examen clinique que le médecin prescrit le traitement cité précédemment. Ce dernier doit être pris ou appliqué régulièrement, et le traitement doit être poursuivi même après disparition des symptômes.

Antifongiques en vente libre


Pour des mycoses vaginales légères, certains antifongiques sous formes de crème, de suppositoires ou d’ovules, sont disponibles en vente libre en pharmacie. Le Clotrimazole, le Miconazole ou le Tioconazole sont utilisés très fréquemment.

Traitements médicaux disponibles

Yaourt naturel


Le Yaourt naturel peut être considéré comme un probiotique qui aide à rétablir l’équilibre de la flore du vagin en apportant des bactéries lactiques protectrices. Ces dernières permettent de rétablir le PH acide de la muqueuse vaginale et la protègent des agressions externes ou de la prolifération excessive du Candida albicans.

Toutefois, son intérêt dans la prise en charge des mycoses vaginales est très limité et il n’est pas recommandé par les professionnels de la santé d’appliquer le yaourt dans le vagin.

Vinaigre de cidre


Tout comme le yaourt naturel, le vinaigre de cidre peut être suggéré ou présenté comme remède naturel pour éviter la survenue de mycoses vaginales. Son pouvoir acidifiant permettrait de réduire la croissance des champignons Candida albicans.

Là aussi, il n’est pas recommandé d’appliquer de remèdes naturels sans consulter votre médecin traitant. Le vinaigre de cidre peut provoquer de fortes irritations de la muqueuse vaginale s’il n’est pas dilué correctement.

Huile de noix de coco


L’huile de noix de coco est connue pour ses propriétés antimicrobiennes et est souvent utilisée comme remède naturel contre les infections. Ses propriétés anti-inflammatoires agissent sur l’irritation en les apaisant et permettent de réduire les grattages.

Mesures préventives pour éviter la récidive

Prévenir les récidives d’une mycose vaginale fait partie intégrante de sa prise en charge. Une bonne alimentation et certaines différentes mesures d’hygiène sont à suivre.

Vêtements à privilégier


Afin d’éliminer tout risque d’accumulation d’humidité propice à la prolifération du Candida albicans, il est important de porter des culottes en coton et d’éviter toute matière synthétique. Des vêtements amples, non moulants, sont également à recommander. L’air circule mieux sous les tissus et les frottements sont réduits. Tout cela évite l’augmentation des températures. Si vous transpirez beaucoup, pensez à changer vos sous-vêtements plus d’une fois par jour.

Hygiène personnelle


Suivre les bonnes règles d’hygiène personnelle et intime est primordial, afin d’éviter la récidive des mycoses vaginales. Les douches vaginales et les produits d’hygiène chimiques parfumés ou agressifs sont à proscrire. Privilégiez plutôt les nettoyages doux à l’eau tiède, suivis d’un séchage minutieux à l’aide d’une serviette propre, de la région génitale.

Durant les rapports sexuels, évitez les lubrifiants parfumés qui peuvent altérer la flore vaginale. Urinez et nettoyez-vous après chaque rapport.

Conseils alimentaires


Pour prévenir la récidive d’une mycose vaginale, il serait judicieux d’avoir une alimentation variée et saine. Les grains entiers, les légumineuses, les fruits et les légumes sont riches en fibres, facilitent la digestion et permettent de maintenir un bon équilibre hormonal. Les antioxydants présents dans les agrumes et les noix permettent de prévenir les infections en renforçant le système immunitaire. Les viandes maigres, les fruits de mer et les noix sont riches en zinc, un oligoélément essentiel pour l’immunité. Enfin, pensez à éviter les aliments irritants, tels les aliments épicés, ainsi que le sucre en excès.

Quand consulter un médecin

Signes d’une infection grave


Bien qu’il s’agisse d’une maladie courante et qui peut être facilement traitée, certaines complications peuvent aggraver la mycose vaginale. Le contexte fébrile, des saignements vaginaux abondants en dehors des périodes de règles, des écoulements verdâtres et malodorants, les douleurs abdominales très intenses ou l’apparition d’ulcérations ou de lésion au niveau de la région génitale peuvent être considérés comme des signes de gravité de la mycose vaginale. Ils peuvent être liée à une surinfection bactérienne.

Une infection vaginale à Candida albicans peut être considérée grave d’emblée si elle survient chez une personne immunodéprimée et nécessite une attention particulière.

Si les symptômes persistent


Il est important de consulter votre médecin traitant devant toute persistance de la symptomatologie d’une mycose vaginale, malgré un traitement bien conduit. En plus de vérifier l’observance de votre traitement et le respect des différents mesures d’hygiène, il pourra chercher à l’aide d’examens complémentaires s’ils existent des facteurs sous-jacents favorisant l’infection.

Attention, devant cette situation, l’automédication est totalement proscrite.

Récapitulatif des méthodes de traitement


La mycose vaginale est une infection fongique courante. Les antifongiques sont la principale arme thérapeutique. Toutefois, il est important de suivre des règles hygiéno-diététiques rigoureuses pour une prise en charge optimale.

Importance de la prévention


Prévenir les récidives d’une mycose vaginale est d’une importance capitale, afin d’éviter toute complication, de maintenir une flore vaginale équilibré, une bonne qualité de vie, le bien-être sexuel et enfin, afin de réduire les coûts de traitement et de consultations.

Gynophilus® Oral – Flore intime

Le fruit de 20 ans de recherche gynécologique

12 millions de femmes soignées dans le monde

Leave your thought here

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping cart0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0